L'usage du tamis en philosophie by Jean Tellez

By Jean Tellez

Une manière toute nouvelle de présenter los angeles philosophie : le philosophe sème des pépites dans son oeuvre. Le lecteur, quant à lui, devient un chercheur d'or qui doit apprendre à brasser et fouiller les textes pour découvrir ces pépites. Cet ouvrage start par montrer que los angeles plupart des grands textes philosophiques se construisent autour dune idée brillante et, cependant, discrète. Le philosophe l. a. laisse passer, mais sans l. a. mettre au centre de ses argumentations. Quelquefois, elle paraît surgir dans le texte à l. a. façon d'un acte manqué. Quelquefois même, elle n'est présente que par son emplacement, comme si le philosophe s'était empressé de l. a. retirer. Une étude attentive de quelques dialogues de Platon (en ultimate lieu le most excellent Alcibiade, mais aussi le Phèdre et le livre VI de los angeles République) explique l'origine de cette particularité des grands textes philosophiques. L'ouvrage montre enfin que cette singularité, loin d'obscurcir ces textes, les éclaire très souvent de l'intérieur. C'est une manière de clé de lecture que l'on obtient.

Biographie de l'auteur
Jean Tellez est agrégé de philosophie. Créateur des éditions Germina, destinées à faire connaître les philosophes d'aujourdhui et, plus généralement, à populariser los angeles philosophie (en offrant des clés de lecture qui rendent les grands textes plus accessibles).

Show description

By Jean Tellez

Une manière toute nouvelle de présenter los angeles philosophie : le philosophe sème des pépites dans son oeuvre. Le lecteur, quant à lui, devient un chercheur d'or qui doit apprendre à brasser et fouiller les textes pour découvrir ces pépites. Cet ouvrage start par montrer que los angeles plupart des grands textes philosophiques se construisent autour dune idée brillante et, cependant, discrète. Le philosophe l. a. laisse passer, mais sans l. a. mettre au centre de ses argumentations. Quelquefois, elle paraît surgir dans le texte à l. a. façon d'un acte manqué. Quelquefois même, elle n'est présente que par son emplacement, comme si le philosophe s'était empressé de l. a. retirer. Une étude attentive de quelques dialogues de Platon (en ultimate lieu le most excellent Alcibiade, mais aussi le Phèdre et le livre VI de los angeles République) explique l'origine de cette particularité des grands textes philosophiques. L'ouvrage montre enfin que cette singularité, loin d'obscurcir ces textes, les éclaire très souvent de l'intérieur. C'est une manière de clé de lecture que l'on obtient.

Biographie de l'auteur
Jean Tellez est agrégé de philosophie. Créateur des éditions Germina, destinées à faire connaître les philosophes d'aujourdhui et, plus généralement, à populariser los angeles philosophie (en offrant des clés de lecture qui rendent les grands textes plus accessibles).

Show description

Read Online or Download L'usage du tamis en philosophie PDF

Similar french_1 books

Foucault, Deleuze, Althusser & Marx

Ce livre met au jour los angeles politique dans los angeles philosophie de Foucault, Deleuze et Althusser. Foucault, l’artificier, joue un rôle décisif dans l. a. disqualification de Marx et du marxisme. Ce dommage collatéral est au cœur de son oeuvre. los angeles micropolitique subversive de Deleuze, le réfractaire, posée comme replacement au marxisme devient critique du militantisme et de l’engagement.

Additional info for L'usage du tamis en philosophie

Example text

Il y a chez tout vrai philosophe un jeu très singulier de silence et de confession, d’invisibilité et de visibilité. Nous verrons que ce type de penseur est un dissimulateur, qui toutefois parsème ses écrits d’aveux et d’actes manqués réels ou feints. Ses pensées sources seront toujours visibles malgré tout le soin qu’il peut mettre à les dissimuler. Elles le seront au moins sous deux aspects. Directement, grâce aux pépites qui apparaissent. Indirectement, dans les mouvements, les zones d’agitation, de trouble, d’obscurité ou d’opacité qui surviennent dans les écrits.

Il faut examiner d’abord les compétences d’Alcibiade. Que sait-il ? Le compte est vite fait : il sait parler grec, jouer de la cithare et pratique la lutte. Il est clair qu’il ne va rien apporter à la cité dans ces domaines. En matière de construction, les citoyens feront appel pour les conseiller à un architecte, en matière de divination à un devin, en matière de santé publique à un médecin. Le jeune homme n’est pas embarrassé par ce genre d’objections. Il a vaguement dans l’esprit ce qui constitue la spécificité de la politique : elle ne s’occupe pas du détail de la gestion de la cité, mais des questions les plus générales, des « grandes orientations » comme on dirait aujourd’hui.

On a plutôt l’impression que lui-même fluctue, au gré des assentiments produits, de positions en positions qui ne sont pas toujours cohérentes. Au début de l’échange, par exemple, il paraît soutenir que la vertu ne s’enseigne pas - s’appuyant sur le cas de Périclès qui n’a pas su transmettre ses vertus politiques et morales à ses fils. À la fin de l’échange, il paraît s’être convaincu lui-même qu’elle peut s’enseigner puisqu’elle relèverait d’un savoir. La position personnelle de Socrate apparaît diluée, mêlée à celle qu’adoptent les interlocuteurs au cours du dialogue, mais aussi à d’autres positions, toutes différentes, que d’autres interlocuteurs pourraient adopter.

Download PDF sample

Rated 4.96 of 5 – based on 22 votes