Le Mot qui tue - Une histoire des violences intellectuelles by Vincent AZOULAY, Patrick BOUCHERON

By Vincent AZOULAY, Patrick BOUCHERON

L est des mots qui tuent – symboliquement, lorsqu’il s’agit de ruiner l. a. réputation d’un adversaire, ou physiquement, quand le mot d’ordre se fait slogan. Dès lors, s’interroger sur l. a. concept de violences intellectuelles revient à poser los angeles query de los angeles responsabilité de ces professionnels de los angeles parole que sont les intellectuels. Ce livre collectif entend le faire dans l. a. longue durée de l’analyse historienne : de l’attaque advert personam dans los angeles rhétorique romaine à l’imaginaire guerrier des intellectuels contemporains, en passant par les formes de los angeles dispute médiévale ou de los angeles controverse savante à l’époque moderne. Dans tous les cas, il s’agit bien de mettre au jour les règles et les usages de l. a. polémique, mais aussi d’identifier les moments où les règles sont transgressées, remettant en reason l’ensemble du système.
Textes de
Étienne ANHEIM
Vincent AZOULAY
Patrick BOUCHERON
Pascal BRIOIST
Jean-Luc CHAPPEY
Fabienne FEDERINI
Jérémie FOA
Cédric GIRAUD
Charles GUÉRIN
Dominique IOGNA-PRAT
Bernard LAHIRE
Charlotte NORDMANN
Dinah RIBARD
Yann RIVIÈRE
Valérie ROBERT
Nicolas SCHAPIRA
Jacques SÉMELIN
Bénédicte SÈRE
Stéphane VAN DAMME
Laurent-Henri VIGNAUD
Alexandre WENGER

Show description

By Vincent AZOULAY, Patrick BOUCHERON

L est des mots qui tuent – symboliquement, lorsqu’il s’agit de ruiner l. a. réputation d’un adversaire, ou physiquement, quand le mot d’ordre se fait slogan. Dès lors, s’interroger sur l. a. concept de violences intellectuelles revient à poser los angeles query de los angeles responsabilité de ces professionnels de los angeles parole que sont les intellectuels. Ce livre collectif entend le faire dans l. a. longue durée de l’analyse historienne : de l’attaque advert personam dans los angeles rhétorique romaine à l’imaginaire guerrier des intellectuels contemporains, en passant par les formes de los angeles dispute médiévale ou de los angeles controverse savante à l’époque moderne. Dans tous les cas, il s’agit bien de mettre au jour les règles et les usages de l. a. polémique, mais aussi d’identifier les moments où les règles sont transgressées, remettant en reason l’ensemble du système.
Textes de
Étienne ANHEIM
Vincent AZOULAY
Patrick BOUCHERON
Pascal BRIOIST
Jean-Luc CHAPPEY
Fabienne FEDERINI
Jérémie FOA
Cédric GIRAUD
Charles GUÉRIN
Dominique IOGNA-PRAT
Bernard LAHIRE
Charlotte NORDMANN
Dinah RIBARD
Yann RIVIÈRE
Valérie ROBERT
Nicolas SCHAPIRA
Jacques SÉMELIN
Bénédicte SÈRE
Stéphane VAN DAMME
Laurent-Henri VIGNAUD
Alexandre WENGER

Show description

Read Online or Download Le Mot qui tue - Une histoire des violences intellectuelles de l’antiquité à nos jours PDF

Best french_1 books

Foucault, Deleuze, Althusser & Marx

Ce livre met au jour l. a. politique dans l. a. philosophie de Foucault, Deleuze et Althusser. Foucault, l’artificier, joue un rôle décisif dans l. a. disqualification de Marx et du marxisme. Ce dommage collatéral est au cœur de son oeuvre. los angeles micropolitique subversive de Deleuze, le réfractaire, posée comme replacement au marxisme devient critique du militantisme et de l’engagement.

Additional info for Le Mot qui tue - Une histoire des violences intellectuelles de l’antiquité à nos jours

Sample text

Adoptant une démarche régressive, qui joue d’anachronismes contrôlés pour travailler historiquement les concepts et ainsi se garder de les rétroprojeter sauvagement, cette historiographie renouvelée des espaces publics d’avant l’Öffentlichkeit habermassienne engage une certaine philosophie du temps historique qui inspire nombre des travaux qu’on va lire. Audacieusement arraché, voici plus de cinquante ans, par Jacques Le Goff hors du contexte historiographique qui l’avait fait naître pour jeter de l’intelligibilité sur l’histoire sociale de la pensée médiévale, le terme même d’intellectuel invite à ce type d’arrangements conceptuels40.

Leur choix de certains mots, leur art littéraire ou oratoire, ne sont pas innocents. À travers la beauté d’un style, les mots déclenchent leur venin. Les deux pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline Bagatelle pour un massacre (1937) et L’École des cadavres (1938) en sont de bonnes illustrations. Citation : « Les juifs, hybrides afro-asiatiques, quart, demi-nègres et proches orientaux, forniqueurs déchaînés, n’ont rien à faire dans ce pays. Ils doivent foutre le camp »11. L’œuvre de Céline, qui a été salué à l’époque pour son génie littéraire, me semble être un exemple prototypique d’une apologie de la violence contre les juifs, et donc par excellence de la violence intellectuelle.

En préparant ce texte, j’ai redécouvert le poème de Jacques Prévert : « Il ne faut pas ». Son thème est tellement en phase avec cet ouvrage que je ne résiste pas au plaisir de le citer in fine : Il ne faut pas Il ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les Allumettes Parce que Messieurs quand on le laisse seul Le monde mental Messieurs N’est pas du tout brillant Et sitôt qu’il est seul Travaille arbitrairement S’érigeant pour soi-même Et soi-disant généreusement en l’honneur des travailleurs du bâtiment Un auto-monument Répétons-le Messsssieurs Quand on le laisse seul Le monde mental Ment Monumentalement.

Download PDF sample

Rated 4.97 of 5 – based on 22 votes